Accueil»Vignerons»Damien Livera

Damien Livera

BOURGOGNE – Gevrey-Chambertin

Damien Livéra - Gevrey-Chambertin

L'HOMME

D’ORIGINE ITALIENNE, DAMIEN LIVÉRA A POURTANT BIEN LES PIEDS EN BOURGOGNE. À GEVREY-CHAMBERTIN PRÉCISÉMENT. LÀ OÙ SES ANCÊTRES SE SONT ÉTABLIS. IL Y A PRÈS D’UN SIÈCLE. LE DÉBUT D’UNE LONGUE AVENTURE VITICOLE. ET FAMILIALE.

Quand il arrive en Côte-d’Or en 1920, Mathé Livéra est maçon. C’est l’arrière-grand-père de Damien. Il achète la maison du domaine des Tilleuls. La terre est plantée de vignes. Il commence à vendre des raisins aux maisons de négoce de la région. Un patrimoine qu’il lèguera à Gaston. Qui le lèguera lui-même à son fils Philippe. En 2007, c’est au tour de Damien de prendre les rênes du domaine. Il pourrait se contenter de veiller sur l’héritage de ses aïeux. Il préfère le réenchanter. Avec acharnement. Et discernement. Le millésime 2015 marque d’ailleurs pour lui un tournant. Cette année-là, conscient que les gens continuent de l’associer au négoce, il décide d’abandonner le nom du domaine. Le rebaptise Domaine Philippe Livéra. Damien n’a que 35 ans. Comme ses amis Arnaud Mortet et Nicolas Groffier, il fait déjà partie de la relève des grands vignerons de la Côte de Nuits. Et tandis qu’il se fait un nom, le travail s’intensifie. Il faut déléguer. En 2016, Damien Livéra s’entoure de sa sœur Hélène pour la partie commerciale. Pour mieux se dédier à la vigne. Car pour lui, c’est là que tout se fait.

Damien Livéra - Gevrey-Chambertin
Clos-Village Gevrey Chambertin

LE TERROIR

RÉPARTIES SUR 40 PARCELLES, LES TERRES DE DAMIEN LIVÉRA S’ÉTENDENT SUR 8,7 HA. UN VIGNOBLE À TAILLE HUMAINE. QUI LUI LAISSE UNE MAÎTRISE TOTALE. DE LA VIGNE AUX CHAIS

Pour faire du bon vin, il faut entretenir la terre. Le végétal. Les plantations. Cette année, pour favoriser la maturation du raisin, le vigneron a par exemple effectué trois rognages. Six l’an passé. Âgées de 30 ou 40 ans, ses vieilles vignes méritent et requièrent plus de soins. Alors chaque année, sur les 85 000 pieds du domaine, Damien Livéra en change environ 1,2% à 1,4%. Un travail de longue haleine. Mené en cohérence avec sa vision raisonnée de l’agriculture. Mais Damien ne cherche pas à obtenir le label bio. Il veut rester libre. Utiliser des traitements en biodynamie. Être à l’écoute de la nature. C’est en tout cas comme cela qu’il s’occupe de ses terroirs. Tous bichonnés par Damien. Des 20 ares de Chardonnay vinifié en Bourgogne Blanc sur Gevrey. Au sublime Bourgogne (85 ares sur Gevrey-Chambertin et 1 000 m2 sur Brochon). Jusqu’au Clos-Village 1,3 ha entre l’église et le château de Gevrey-Chambertin. Faits d’argile et de calcaire, ses terroirs ne manquent pas de caractère. Ils offrent une gamme de vins pleine de diversité. La marque de fabrique du Domaine Philippe Livéra

Damien Livéra

LA FAÇON DE FAIRE LE VIN

POUR DAMIEN LIVÉRA, LA NATURE A TOUJOURS RAISON. ALORS POUR LANCER LA RÉCOLTE, IL L’ÉCOUTE. L’OBSERVE. GOÛTE LE RAISIN. COMPTE 100 JOURS À PARTIR DE LA PREMIÈRE FLEUR. CAR C’EST ELLE QUI DONNE LA DATE.

Les vendanges ? Un moment particulier. Il demande attention. Rigueur. Soin. Constituée de locaux, l’équipe de vendangeurs de Damien Livéra prend donc toutes ses précautions. Elle commence à trier les raisins depuis la vigne. Même si un second tri est effectué sur table pour éliminer les grains non homogènes. Une fois la matière saine, la vinification se fait dans des cuves en béton. Aux yeux de Damien, un matériau plus adapté que l’inox. Le vigneron y laisse la macération préfermentaire se faire à froid. Puis, la macération traditionnelle. De 9 à 14 jours, en fonction du millésime. Le vin est ensuite élevé en fûts. Des fûts que Damien Livéra renouvelle régulièrement. 25 % tous les ans. Pour éviter d’obstruer le bois.
Permettre de meilleurs échanges avec l’extérieur. Concevoir des vins tout en émotions. Cette étape d’élevage dure de 12 à 18 mois. Là aussi, c’est le vin qui décide. Une fois la fermentation malolactique terminée, le vin est mis au repos. Deux mois. Et c’est la mise en bouteille. Faite en bas, toujours. Pour éviter d’avoir à pomper et que le vin ne se charge en dioxyde de soufre. Et parce que Damien Livéra fait ses vins les comme il les pense. À l’instinct.

×