Accueil»Vignerons»Fred Lailler

Fred Lailler

LOIRE – Gorges

L'HOMME

ENTREPRENEUR. SENSIBLE. ENTIER. FRED LAILLER FAIT PARTIE DE CES VIGNERONS DONT LA VISION PROFITE À TOUTE UNE APPELLATION. LA SIENNE ? LE MUSCADET. QU’IL FAIT GRANDIR. S’INTERROGER. S’ÉPANOUIR ENFIN.

Véritable enfant du pays, Fred Lailler s’installe à Gorges en 2011. La terre où il est né. La terre qui l’a vu travailler comme salarié aux côtés de Michel Brégeon. L’un des maîtres en muscadet. L’homme qui lui fait l’immense honneur de lui confier la reprise du domaine éponyme. Fred Lailler a alors 31 ans. Pour cet homme de conviction, c’est une chance. En 1998 déjà, Michel Brégeon œuvrait pour classer les premiers crus communaux. Gorges en particulier. Clisson et Le Pallet complèteront le trio ligérien dans la reconnaissance de ces grands terroirs. Naturellement, il reprend le flambeau. Devient un véritable ambassadeur de la nouvelle vague de vignerons. Celle qui s’engage pour redorer le blason des vignobles nantais. Ces fruits d’une région qu’il aime tant. Le domaine était déjà connu mondialement pour ses vins au vieillissement remarquable. Fred Lailler s’attache alors à lui donner une nouvelle dimension. Grâce à son travail dans les vignes. À sa vision. Dès 2011, le passage en bio est une évidence. Le vigneron officialise la conversion en 2015 pour l’ensemble de ses parcelles. En visant la certification pour 2019.

LE TERROIR

DÉJÀ PRÉSENT SUR 9 HA, LE DOMAINE BRÉGEON VA S’ÉTENDRE À 12 HA POUR LA RÉCOLTE 2018. PARCE QU’IL FAUT RESTRUCTURER LE VIGNOBLE. REPRENDRE DES SECTEURS MOINS GÉLIFS. PROTÉGER LES VIGNES. AVEC DES ÉOLIENNES SPÉCIALEMENT CONÇUES. MAIS AUSSI BEAUCOUP D’ATTENTION.

Fred Lailler est un infatigable créateur. Innovant. Curieux. Dans une parcelle de vignes centenaires qui a du mal à recevoir les travaux de labour, il teste par exemple l’éco-pâturage. Pendant trois semaines, il laisse ainsi des brebis débarrasser le terrain de 0,25 ha de mauvaises herbes. Une expérience originale qu’il poursuivra au printemps. Avant le débourrement. Par amour des terroirs. Granitique sur le vignoble clissonnais. Argilo-silicieux sur le gabbro de Gorges plus au nord. C’est sur cette roche plutonique que le vigneron cultive deux cépages autochtones, le melon de Bourgogne et la folle blanche. Un pur trésor quand on sait qu’il n’existe que 9000 ha de melon de Bourgogne dans le monde. 8500 étant situés ici. Et 200 ha seulement environ plantés sur gabbro. S’y ajoute l’egiodola. Un cépage rouge que Fred vinifie en méthode traditionnelle. Il en tire le Cavodix, un rosé effervescent. Avec des vignes âgées en moyenne de 65 ans et un rendement bas, Fred Lailler réunit toutes les conditions pour faire d’excellents vins. Le Muscadet Original. Le Gros Plant. Le Gai Perlé. Et les crus communaux Gorges et Clisson. Chacun dans leur style. Et pour renforcer encore les vins de Gorges, l’homme mise aussi sur les 60 ares de plantains en melon de Bourgogne qui commenceront à produire en 2018. La promesse de vins singuliers. Le reflet de ces lieux. Uniques. Précieux. Armoricains.

LA FAÇON DE FAIRE LE VIN

QUAND SES VIGNES SONT PRÊTES, FRED LAILLER LES VENDANGE AVEC SES ÉQUIPES. À LA MAIN. UNE PRATIQUE PAS FORCÉMENT RÉPANDUE EN LOIRE-ATLANTIQUE. MAIS QUI LUI PERMET DE GARDER SES BAIES INTACTES. DE LES INTRODUIRE ENTIÈRE DANS LE PRESSOIR. POUR LUI, UN GAGE DE QUALITÉ.

Une fois les raisins pressés, Fred Lailler laisse l’écoulement s’effectuer naturellement. Sans pompage. À la force de la gravité. Dans des cuves souterraines verrées. Il laisse décanter une nuit entière. Avec une goutte de soufre. Pas plus. Pour sélectionner les bonnes levures. Intervient ensuite le transfert vers les cuves aériennes pour fermentation. Une étape qui peut demander trois jours. Trois semaines. Trois mois. Au domaine Brégeon, on fonctionne à l’instinct. Vient l’hiver. Et revient le printemps. Fred Lailler observe alors la lune. En jour fruit ou fleur, il finit par faire redescendre le jus. Pour l’élevage sur lie. Le fameux. Dans sa région, il est celui qui élève ses vins sur lie le plus longtemps. 8 à 15 mois pour la cuvée Original. 28 à 40, voire 60 selon les millésimes, pour les crus de Gorges et de Clisson. Les nectars qui en ressortent sont un délice. Ronds par leurs terroirs. Gras par leur élevage. Leur équilibre ? Leur tension ? Monstrueux de justesse.

×