Accueil»Vignerons»Marc Sorrel

Marc Sorrel

RHÔNE SEPTENTRIONAL – Tain-l’Hermitage

Marc Sorrel - Rhône Septentrional - Crozes-Hermitage

LES HOMMES

CE NOM SUFFIT À FAIRE BRILLER LES YEUX DES CONNAISSEURS. DOMAINE MARC SORREL. CRÉÉ EN 1928 SUR DES TERRES D’EXCEPTION. IL A VU SE SUCCÉDER LES GÉNÉRATIONS. CHACUNE A APPRIVOISÉ LES FRUITS D’UNE APPELLATION HORS DU COMMUN. L’HERMITAGE. UN TRÉSOR QUE LE VIGNERON HONORE DEPUIS 34 ANS. ET QU’IL TRANSMET CETTE ANNÉE À SON FILS.

C’est Félix, le grand-père de Marc, qui la crée. L’exploitation Sorrel se contente au départ de vendre du raisin. Rapidement, son fils Henri prend sa suite. Il est notaire de profession, comme son père. Et il ne fait affaire qu’avec les négociants, comme son père. Jusqu’au début des années 50. Quand les premières vignes du Méal sont plantées. 93 % de syrah. 7 % de marsanne. Le tout en complantation. Il faudra encore attendre deux décennies pour que débute sur place la mise en bouteille. Le processus de transformation est en marche. Mais il prend son temps. Et l’arrivée de Marc comme vigneron en 1984 sonne un tournant. Il hérite des deux hectares plantés par ses ancêtres. En acquiert un demi pour étendre le domaine. Sur les Greffieux, dans la continuité du Méal, et les Bessards. Passionné convaincu, il décide de ne plus se séparer d’un grain de raisin. Et de vinifier l’intégralité de son domaine. Il rejoint ainsi la famille des grands vignerons et des grandes maisons de la célèbre colline. Les Chapoutier, Paul Jaboulet Aîné, Cave de Tain l’Hermitage, Jean-Louis Chave, Maison Delas. Et se plonge dans cette appellation reine. Celle de l’Hermitage. La préférée, dit-on, de Louis XIV. De Thomas Jefferson. Ou encore des tsars de Russie. Et à force de patience et de détermination, la gamme se développe. Un peu plus au Nord. En crozes-hermitage. Sur la commune de Larnage. Où il travaille 1,5 ha avec la même abnégation. Cette passion qui l’anime, Marc Sorrel la transmet à son fils. Guillaume. Il travaille dans le métier. Développe le domaine Les Alexandrins en association avec la maison Perrin. Et s’apprête en 2018 à reprendre les rênes transmises par son père. Comme d’autres avant lui.

Marc Sorrel - Rhône Septentrional - Crozes-Hermitage
Marc Sorrel - Rhône Septentrional - Crozes-Hermitage
Marc Sorrel - Rhône Septentrional - Crozes-Hermitage
Marc Sorrel - Rhône Septentrional - Crozes-Hermitage

LE TERROIR

SI LES SOLS DE L’HERMITAGE SONT SI RICHES, C’EST PARCE QU’ILS ONT UN HÉRITAGE. LES TRACES D’UNE HISTOIRE UNIQUE. ANTIQUE. ROMANTIQUE. CONTEMPORAINE AUSSI. À TRAVERS LES ÂGES, ILS ONT REÇU LE SOLEIL ET LA PLUIE. SE SONT CONSTRUITS. POUR LIVRER LE MEILLEUR DES VINS.

Bien connues des amateurs de vin, les appellations de crozes-hermitage et l’hermitage sont enviées par le monde entier. Mais cette dernière est plus confidentielle. 137 ha que se partagent une quinzaine de propriétaires. De nombreux terroirs. Chacun d’entre eux livre sa signature. Son patrimoine. Tantôt granitique. Tantôt argilo-limoneux… À chaque fois une découverte. Chez Marc Sorrel, le plus vaste est celui du Méal. Sur 1 ha, le vigneron dispose d’une exposition idéale, à mi-coteau. Le sol y est profond. Fait de cailloutis argilo-calcaires. De sable. Une bénédiction pour les rouges comme pour les blancs. Dans son prolongement se trouve la parcelle des Greffieux. Marc y exploite la marsanne qu’il réserve à son hermitage blanc classique. Et cultive aussi la syrah qu’il assemblera plus tard avec les raisins du Méal. Un mariage qu’il a nommé Gréal. Symboliquement. Ce sol argilo-limoneux, on le retrouve également sur les Plantiers. Minuscule parcelle au sud de l’appellation. Et pour la cuvée phare de son domaine, le vigneron utilise les raisins qui proviennent de la calcaire zone des Rocoules. Là-bas, les vignes ont 60 ans d’âge. Alors c’est avec soin qu’il couve la marsanne et la roussane qui y grandissent. Pour trouver un terroir granitique, il faut pousser jusqu’aux Bessards. Plus à l’ouest. Le spectacle y est total. Accidenté, le terrain est soutenu par de nombreux murets en pierre sèche. Comme autant de cadeaux construits et laissés là par les anciens. Partout où il le peut, Marc Sorrel laboure les terres de son domaine à cheval. Toutes ses vignes sont travaillées dans le plus grand respect du terroir. En lutte raisonnée. Un travail méticuleux qui s’exprime à travers quatre cuvées en hermitage. Deux classiques dans chaque couleur. Et deux cuvées prestiges : Gréal en rouge, Rocoules en blanc. Et deux cuvées en crozes-hermitage. Une de chaque couleur. Porteurs d’une histoire forte, les vins de l’hermitage sont puissants. Ont besoin de temps pour s’épanouir. Le temps. Encore lui. Le dénominateur commun de la région et de la famille Sorrel.

Marc Sorrel - Rhône Septentrional - Crozes-Hermitage
Marc Sorrel - Rhône Septentrional - Crozes-Hermitage
Marc Sorrel - Rhône Septentrional - Crozes-Hermitage

LA FAÇON DE FAIRE LE VIN

EXPOSÉS AU SUD ET PROTÉGÉS DES VENTS FROIDS, LES RAISINS DE MARC SORREL BÉNÉFICIENT DU MEILLEUR ENSOLEILLEMENT QUI SOIT. ARRIVÉS À MATURITÉ, ILS SONT RÉCOLTÉS À LA MAIN. ET VINIFIÉS POUR DONNER TOUTE LEUR SUBTILITÉ. ENTRE NATURE ET SUCROSITÉ.

Après les vendanges, Marc égrappe partiellement les fruits destinés au rouge. Sauf pour le Gréal, qu’il vinifie en vendange entière depuis le millésime 2012. Ensuite, les baies sont foulées. Remontées. Pigées. Un cérémonial qu’il opère deux fois par jour. Et qui permet d’oxygéner les levures. Fondamental. S’en suivent trois semaines de cuvaison. Les élevages se font en fûts. Mais jamais neufs, pour ne pas marquer le vin. Et lui permettre de s’exprimer librement. Du crozes-hermitage à l’hermitage, l’élevage dure entre 18 et 20 mois. Un temps long. Nécessaire. Pour le blanc, le pressurage est direct. Puis vient le débourbage, pour séparer les jus des matières en suspension. Pendant 48 h. L’expression aromatique des vins de Marc Sorrel commence ici. Enfin, les nectars passent en cuve. Puis sont mis en fermentation dans des fûts pendant six à huit mois. Là non plus, pas de fûts neufs. Une marque de respect que le vigneron observe vis-à-vis des nobles terroirs qui sont les siens. Viennent ensuite les fermentations alcooliques. Puis malolactiques. En rouge ou en blanc, c’est ainsi que naissent 16 000 bouteilles. Et quelles bouteilles ! Chargées d’histoire. De savoir-faire. Et d’affectif.

Marc Sorrel - Rhône Septentrional - Crozes-Hermitage
Marc Sorrel - Rhône Septentrional - Crozes-Hermitage
Marc Sorrel - Rhône Septentrional - Crozes-Hermitage
Marc Sorrel - Rhône Septentrional - Crozes-Hermitage
Marc Sorrel - Rhône Septentrional - Crozes-Hermitage
×