Accueil»Vignerons»Désirée et Sylvain Fadat

Désirée et Sylvain Fadat

LE COUPLE

Si les prémices du Domaine d’Aupilhac datent de bien avant sa véritable naissance en 1989, le vignoble aujourd’hui dirigé par Sylvain et Désirée Fadat a pris le temps de mûrir. De grandir en harmonie avec les terroirs de Montpeyroux sur lesquels il s’épanouit. C’est cette même évidence qui émane des vins élaborés par le couple. Le fruit d’une histoire riche, partagée entre l’enracinement et le voyage. L’Espagne et la France. Une femme et un homme.

Notre voiture a sillonné quelques kilomètres d’une route bordée d’oliviers et de garrigues. Le Col du Vent nous offre une vue à couper le souffle depuis notre départ de La Vacquerie. Enfin, Montpeyroux et ses rues gorgées de soleil. Puis le Domaine d’Aupilhac et sa cave où l’équipe s’active avec énergie. Un peu plus loin, la voix de Désirée éclaire le chai d’une lumière venue d’ailleurs. D’un autre pays, l’Espagne. En effet, avant de rejoindre Sylvain Fadat entre les rangs des vignes languedociennes, la jeune femme ibérique vit une tout autre vocation. Celle d’infirmière, dans la région de Valence. A cette époque, Désirée et Sylvain ne se connaissent pas encore. De son côté, lui a déjà épousé la carrière de vigneron avec enthousiasme depuis longtemps. Dès 1989, il s’occupe de cultiver les 5 hectares familiaux sur le lieu-dit Aupilhac. De plus, il cultive melons, asperges, tomates et pêches dans la ville voisine d’Aniane. C’est d’ailleurs ici que son ami Laurent Vaillé prend, lui aussi, la direction du vignoble au sein d’un domaine qui deviendra la célèbre Grange des Pères. A la fin des années 90 et après avoir choisi de cultiver exclusivement la vigne entre-temps, Sylvain Fadat parvient à s’équiper d’une cave plus fonctionnelle. De surcroît, il acquiert régulièrement de nouvelles parcelles, dont les magnifiques Cocalières, qu’il entreprend de défricher immédiatement. A leur rencontre en 2000, Désirée rejoint Montpeyroux tout en poursuivant son métier d’infirmière, avant d’intégrer finalement le domaine. Une évidence pour le couple !

« Après le 14 juillet on pose une clôture pour protéger les baies des sangliers»

LE TERROIR

Montpeyroux n’est pas l’appellation la plus connue du Languedoc. Nichée à quelques kilomètres des célèbres terrasses du Larzac, elle compte pourtant un patrimoine de terroirs impressionnant. A la fois sous l’influence de la mer et du climat méditerranéen, les vignes du Domaine d’Aupilhac prennent racine sur deux parcelles distinctes. Aupilhac et Cocalières. L’un est exposé au sud, l’autre au nord. Une richesse de plus dont Sylvain et Désirée Fadat tirent le meilleur.

Les 25 hectares du Domaine d’Aupilhac se répartissent sur deux terroirs dotés d’identités très fortes. A l’origine de la création du vignoble par Sylvain Fadat, le lieu-dit Aupilhac siège en contrebas du château de Castellas. Son sol argilo-marneux calcaire, exposé plein sud et entouré d’arbousiers, de thym et de garrigues lui confère un caractère méditéranéen de premier ordre. On retrouve notamment cette identité singulière à l’intérieur de la fameuse cuvée Aupilhac. Ainsi, le couple privilégie ici naturellement les cépages historiquement aptes à faire face à ces conditions solaires. Le carignan, à l’origine de la cuvée éponyme, véritable porte-drapeau du domaine, s’y épanouit particulièrement bien. Le mourvèdre également, notamment dans la cuvée Le Clos. En blanc, la clairette ou le grenache blanc y réussissent aussi beaucoup. Planté en 1999, le fabuleux terroir des Cocalières se trouve lui de l’autre côté d’une crête offrant une vue superbe sur les terres de Montpeyroux. Un spectacle saisissant, un peu à la façon des pentes de Bugey où règne un autre ami d’enfance de Sylvain Fadat devenu vigneron d’envergure, le facétieux Frédéric Bonnard, Les sols de cet amphithéâtre de vignes exposé au nord sont quant à eux très calcaires. On y trouve cependant quelques traces de basalte dues à l’origine volcanique de ce lieu unique. Ainsi, les cépages grenache noir ou blanc, syrah ou roussanne expriment la fraîcheur du terroir. Une élégance que l’on retrouve avec la cuvée Les Cocalières blanc ou la très classieuse La Boda. Au Domaine d’Aupilhac, Désirée et Sylvain Fadat ont fait le choix d’une agriculture biologique et biodynamique certifiée depuis le début des années 2000. Quoi de plus naturel pour exprimer toute la noblesse de ce patrimoine épatant !

« La Boda c’est la syrah de Cocalières de droite exposée nord avec le premier mourvèdre d’Aupilhac. »

LA FAÇON DE FAIRE LE VIN

Au cours des vinifications comme tout au long du cycle végétatif, la vigne et le vin sont d’abord une affaire d’harmonie et d’équilibre. Ici, sur les terres de Montpeyroux, Désirée et Sylvain Fadat prolongent les typicités de chaque terroir du Domaine d’Aupilhac. Les personnalités naissantes de chaque jus. Amoureux des vins de garde capables de délivrer des émotions, le couple s’attache à produire des flacons purs au potentiel impressionnant.

La qualité des vins élaborés par Désirée et Sylvain Fadat au Domaine d’Aupilhac repose sur deux valeurs cardinales. Le plaisir de faire du vin et la sincérité. Rien de réducteur ici, bien au contraire. C’est ici le point de départ, le socle sur lequel le couple s’appuie pour délivrer des bouteilles à la fois pures, éclatantes et au potentiel aromatique unique. Une patte qui avait dû retenir l’attention du célèbre et très exigeant importateur américain Kermit Lynch. C’est d’ailleurs un peu à lui que l’on doit que les vins ne soient plus filtrés depuis plusieurs décennies. En effet, il avait demandé à Sylvain de mettre en bouteilles sans filtration les bouteilles qu’il achetait. Le résultat a semble-t-il plu à tous, puisque Sylvain a dès lors conservé cet usage. En outre, le couple s’appuie avant tout sur une qualité et une maturité de récolte. Fort d’un patrimoine de vignes dont l’âge permet désormais d’exprimer tout leur potentiel, le travail au chai ressemble plus à un travail d’accompagnement qu’autre chose. Peu d’extraction, des macérations douces, très peu de soufre. Tout concourt ainsi à révéler la personnalité à la fois forte et attachante de ces terroirs chargés d’histoire. A cette fin, le couple conserve ainsi tous les ans 120 à 240 bouteilles de chaque cuvée. Aussi, les vins rouges du Domaine d’Aupilhac expriment avec délicatesse un caractère suave, aromatique et profond. Les blancs, eux, font incontestablement partie de ceux qui parviennent à combiner fraîcheur, salinité et gourmandise avec classe. A l’image des flacons produits par les amis marmandais Elian Da Ros et Sandrine Farrugia, avec qui Désirée et Sylvain Fadat partagent, entre autres, un sens aigu de l’amitié. Et ce goût pour les vins empreints de charme, d’élégance et de profondeur.

« On aime bien les vins jeunes, mais les émotions ne nous viennent qu’avec les vieux vins »

×